Pour le plaisir du Goût, les recettes de Chef Jésus

Pour le Plaisir du goût, paru aux Editions Sud-Ouest, c’est un livre de recettes imaginées par Chef Jésus autour d’un condiment original : le sirop. 

Véritables concentrés de saveurs, du fruit facile et à toute saison, les sirops apportent à la cuisine des parfums nouveaux. Dans ses 30 propositions, Chef Jésus les travaille en version salée ou sucrée. Il nous livre ainsi un condensé de sa cuisine, facile et contemporaine.

Mes coups de coeur parmi les 30 recettes de Pour le plaisir du goût

J’ai remarqué un Ceviche de mulet et sirop de framboise et cranberry. La recette toute simple se transpose facilement à tous les poissons blancs. J’en ferai bien l’entrée fétiche de mes déjeuners d’été. J’ai aussi noté le wok de nouilles chinoises et légumes sautés au sirop et jus d’ananas. Il est proposé avec navet et carotte mais je l’imagine avec des légumes de printemps. Je termine ma sélection par le tira’Meneau aux framboises fraiches et sirop de framboise, une belle découverte.

Le Tira’Meneau, une recette de Pour le plaisir du goût

Dans ce livre, accessible à tous, il y a également des astuces et des bonnes idées. C’est tout l’esprit, la générosité des chroniques de Chef Jésus transposé par écrit : partage et échange de bonnes pratiques. Ainsi pour le Ceviche, le chef rappelle à bon escient que le poisson ne doit pas mariner au delà de vingt minutes. Cela abime le poisson. Merci chef, on ne fera plus l’erreur.

Dernier point sympathique de Pour le plaisir du goût, c’est une histoire d’amitié qui met en avant une belle entreprise : la Maison Meneau. L’amitié c’est celle qui lie Chef Jésus et Sandra Hygonnenc la photographe. C’est aussi celle qui a rassemblé Chef Jésus et les dirigeants de la Maison Meneau Vincent et Philippe Lassalle Saint Jean autour d’un projet commun. 

Chef Jésus, Sandra Hygonnenc et Vincent Lassalle Saint Jean lors de présentent Pour le plaisir du goût au 140 ans de la Maison Meneau

Les deux frères sont des chefs d’entreprises passionnés de leur métier et fiers de leur ancrage Bordelais. Ils sont très attachés à la commune de Saint Loubès qui les a vu grandir. Avec leur équipe, ils ont fait le choix du bio dès 1997 et entendent continuer dans la voie d’une croissance durable. En participant à ce livre, ils ont donné une résonnance particulière à cette année 2019 où la Maison Meneau fête ses 140 ans. 

Philippe et Vincent Lassalle Saint Jean, dirigeants de la Maison Meneau

Pour conclure, j’ajoute que le livre Pour le Plaisir du goût contient une touche Sophie Juby. J’ai eu la chance de participer à l’aventure par le biais de la rédaction d’une courte histoire de l’entreprise Meneau. Je profite de cette chronique pour remercier Chef Jésus d’avoir pensé à moi pour cette introduction. Je remercie également Vincent et Philippe Meneau qui m’ont conté avec enthousiasme leur vraie histoire.

les photos souvenirs de la présentation du livre

Les Cent quarante ans de la Maison Meneau. La team au complet

IL ETAIT UNE F’OIE, nouveau livre des AFAMES aux Editions Sud-Ouest.

Quand les AFAMES s’emparent d’un sujet cela donne toujours un magnifique travail collectif. Avec IL ETAIT UNE F’OIE, l’Association des Friands Amateurs de Mets Epicuriens et Savoureux ne déroge pas. Leur nouveau livre, paru aux Editions Sud-Ouest, redonne à l’oie du Sud-Ouest ses lettres de noblesses. En 24 recettes, les chefs mettent en avant un met d’exception produit en agriculture familiale. L’ouvrage apporte aussi un éclairage historique sur une production un temps réservée aux femmes comme source de revenu complémentaire.

Côté recettes, des classiques comme le foie gras au torchon ou le confit et des créations originales. Avec Il ETAIT UNE F’OIE, on reste dans le registre de la cuisine des pro, les préparations demandent temps et savoir faire. A offrir aux amateurs éclairés donc. Petite consolation pour les néophytes, j’ai épinglé les plus faciles : le Pot-au-feu d’oie, bouillon au poivre de Sancho du chef Frédéric Lafon ou le Magret, ail, pomme de terre et crumble café du chef Frédéric Coiffé.

Je n’oublie pas la bonne idée des accords mets et vins. Sophie Lafon, sommelière de L’Oiseau Bleu, nous propose pour chaque recette le vin idéal.

Voici en images, les meilleures photos de la présentation du livre. Les chefs avaient cuisinés des tapas à base d’oie. Ils nous ont reçus dans la Salle des bobines du journal Sud-Ouest, un lieu magique mis en scène par l’agence Côte Ouest.

 

 

IL ETAIT UNE F’OIE

  • Editions Sud-Ouest
  • 96 pages, format 17*24
  • 15€

 

LES AUTEURS

Les 12 chefs AFAMÉS : Jean-Luc Beaufis, Florent Carle, Pierrick Célibert, Frédéric Coiffé, Nicolas Frion, Emmanuel Gonçalves, David Grangier, Frédéric Lafon, Thomas L’Hérisson, Jean-Luc Molle, Frédéric Schueller et Kendji Wongsodikromo. Suivez leur actualité sur Facebook : Afamés

Photographe: Claude Prigent www.regards-culinaires.com


Le Meilleur de Bordeaux, 100 restaurants.

 Au moment où sort mon guide le Meilleur de Bordeaux, je me propose de vous en présenter le making of. Voici comment j’ai construit mon guide, comment j’ai sélectionné les meilleurs restaurants de Bordeaux.

Le guide est à la vente en Librairie chez Mollat et sur le net – vous pouvez l’acheter en direct sur le site des Editions Sud-Ouest :

http://www.editions-sudouest.com/livres/meilleur-de-bordeaux/

J’ai rédigé mon texte sous forme d’interview comme si je répondais à vos questions et à vos légitimes interrogations.

 Qui suis-je ?

  • Je suis une acheteuse textile reconvertie en chroniqueuse culinaire et auteur. Bordelaise d’adoption, j’ai mes racines dans l’Ouest entre Vendée et Bretagne. J’ai trois hommes, un mari et deux fils. Voilà c’est l’essentiel.
  • En 2018, j’ai sorti un roman aux Editions Vents Salés : le Cap Ferret du Paradis à l’Enfer
  • Pour la rentrée, je signe un guide : Le meilleur de Bordeaux, 100 restaurants. Aux éditions Sud-Ouest.

Ma Devise ?

Do it better, do it with love.

Mes Passions, ce qui me rend heureuse ?

  • Vivre pleinement.
  • Mes trois hommes, ma force, ma joie de vivre, mon soutien, mes coachs.
  • Ma famille, mes copines.
  • Bordeaux, le Cap Ferret.
  • Un café en terrasse, un pic Nic entre copains.
  • Les voyages, les découvertes.
  • Et tellement d’autres choses…

Comment est venue l’idée de ce guide ?

J’étais à Düsseldorf au printemps pour trois jours et je cherchais des idées de restaurants. Dans une librairie, je suis tombé sur un guide qui m’a interpellé. Il donnait pour chaque adresse, une photo et un texte. Clair, facile précis. Je me suis dit que personne à Bordeaux n’avait fait quelque chose d’aussi simple. Je pouvais me lancer.

Combien de temps ai-je mis à l’écrire ?

Environ cinq mois. Entre mars et juillet. Je ne vous cache pas que sur la fin, il a fallu accélérer la cadence.

 Comment ai-je sélectionné 100 restaurants parmi les 1981 qui existent à Bordeaux ?

Je tiens un blog Bordeaux Cuisine and Co depuis 2014. J’y partage mes bonnes adresses, mes coups de cœur. J’ai puisé dans mes anciens posts pour écrire une première liste. Ensuite, j’ai consulté mes amis, mes copines au sujet de leurs adresses favorites. Enfin j’ai fait une recherche sur le terrain. Je me suis baladé dans Bordeaux, les sens en éveil. Si une façade m’attirait, je rentrais, j’allais à la rencontre des gens. Je questionnais. Ensuite je revenais pour tester et valider, où pas.

J’ai volontairement écarté les restaurants étoilés déjà très largement médiatisés. Un guide leur est dédié, je ne voulais pas copier. Leurs coordonnées sont aisément accessibles sur le net.

Les critères de sélection ?

J’ai travaillé avec méthode, dans le souci de la plus grande objectivité. Pour qualifier les restaurants visités, j’ai retenu les critères suivants : cuisine, décor, ambiance et prix.

J’ai été particulièrement attentive au fait maison, au respect de la saisonnalité des produits et à un approvisionnement en circuit court (hors cuisine du monde naturellement). J’ai aussi sollicité mon entourage, écouté les avis, demandé aux chefs de me recommander leurs adresses.

Le plus chouette des tasting.
A la table du chef, en cuisine avec Frédéric Lafon, restaurant l’Oiseau Bleu.

Le format, les 100 adresses ?

L’idée, c’était de faire quelque chose de facile, d’accessible et pas cher. Un livre à glisser dans la poche. Un livre qui donne des idées pour chaque moment de la journée.

Le guide est construit en 10 rubriques : Bars à vins et cocktails, Brunch, Bistros, Coffee bars et salons de thé, cuisine du monde, gastronomiques, lieux insolites et terrasses, ouverts le dimanche, pause déjeuner et végétariens.

Pour chaque rubrique, j’ai retenu 10 adresses. Je les présente en une page qui comprend une photo (de mon album personnel), un texte de commentaires et toutes les informations pratiques (horaire et tarif). Elles sont classées par ordre alphabétique.

Les tendances, l’avenir de Bordeaux culinaire

Bordeaux continue d’attirer les talents. Rien ne laisse penser que le rythme des ouvertures de restaurants va ralentir. La scène est toujours aussi dynamique. Face à cette offre qui ne cesse de s’étoffer, l’appétit des bordelais semble difficile à combler. Il est toujours aussi difficile de trouver une table le week-end dans les bonnes adresses. Pour moi, il y a encore de la place pour des chefs sincères et des concepts innovants.

Côté cuisine, la tendance est au végétal, mais pas forcement au restaurant végétarien. Demain, il sera possible de manger bon, sans viande, partout. Certains n’hésitent plus à basculer dans le véganisme. Ils bannissent tout produit issu du monde animal. Autre tendance forte, le fait maison, l’approvisionnement local. Le circuit court est à la mode. Enfin, côté voyage, après l’Asie, on part vers le Moyen-Orient. Israël avec ses fallafels, son pain pita et l’houmous est très tendance.

 

Le Meilleur de Bordeaux, Sophie Juby

Paysans semeurs et éleveurs, la cuisine familiale des paysans bio

Paysans semeurs et éleveurs, c’est le livre de cuisine qui manquait pour ne pas basculer veggie. Avec la complicité de la photographe Lycia Walter, Laurence Dessimoulie nous redonne l’envie de cuisiner la viande, celle issue d’une agriculture familiale et responsable. L’auteur dresse le portrait de 15 paysans et leur associe une quarantaine de recette à base des produits de leur ferme.

Recette de saison: Salade tout chou à l’oeuf poché.
Photo Lycia Walter

Les préparations sont simples, les photos superbes, le livre nous pousse à aller à la rencontre de ces hommes et ces femmes qui ont abandonné l’agro-industrie au profit d’une agriculture biologique de territoire.

Les éleveurs présentés dans le livre ont pris le contrepied des méthodes modernes et du modèle économique hérité des années 50. A cette époque, pour produire toujours plus, l’agriculteur a été encouragé à se tourner vers un cheptel issu de la sélection génétique. L’hiver, les bêtes étaient nourries de maïs hybride poussé sous engrais et pesticides créant ainsi une dépendance économique de l’exploitation avec l’agro-chimie.

Les paysans mis en lumière par Laurence Dessimoulie ont abandonné ce modèle pour créer une nouvelle agriculture contemporaine. Il ne s’agit pas d’un retour au passé mais d’une approche à la fois naturelle et scientifique du territoire. Les nouveaux paysans travaillent de concert avec les laboratoires de recherche (comme Agrobio dans le Périgord) pour affiner leur modèle et obtenir les meilleures rendements possibles grâce à une meilleure adaptation des animaux et des végétaux à leur région de production. Petit à petit, ils ont gagné en autonomie vis à vis des prestataires extérieurs. Il leur a fallu plusieurs années pour retrouver et réimplanter des races anciennes robustes et adaptées au milieu. De même, pour les compléments hivernaux, ils ont travaillé sur les associations de plantes fourragères et les maïs locaux appelés maïs population. Membres du réseau Semences et Graines Paysannes, ils pratiquent l’entraide, le partage d’expérience et l’échange entre voisins. Le livre l’explique très bien, il mérite vraiment d’être lu pour comprendre la philosophie de cette agriculture familiale et pour comprendre l’urgence à changer nos modes de consommation.

Au delà des jolies recettes, le livre donne une liste d’exploitation à privilégier dans nos achats. En tant que consommateur, nous avons un rôle à jouer pour encourager les modes de cultures douces et le retour à une vraie biodiversité. Le seul obstacle à ces achats responsables serait l’éloignement des fermes mises en valeur dans le livre. Pour les Bordelais, j’ai retrouvé la Ferme des Jarouilles à Coutras (nord-est de Libourne) sur deux points de vente plus proche de la métropole :

l’AMAP les Gourmandignes à Cenon http://www.gourmandignes.org/blog/node/4

Le café associatif le Radis noir à Bègles https://www.le-radis-noir.fr/nous-trouver/

C’est déjà un début. Pour Aller plus loin, je recommande les sites http://www.semencespaysannes.org , celui de Bio Aquitaine http://www.bio-aquitaine.com/trouver-des-producteurs-bio/#trouver-des-producteurs et celui d’Agrobio http://www.agrobioperigord.fr/upload/general/GUIDE-BIO-web.pdf

Ils donnent des informations sur le Bio en Aquitaine et les adresses de points de vente accessibles aux urbains.

 

Paysans semeurs et éleveurs

  • Editions SUD OUEST
  • De Laurence Dessimoulie
  • Photo Lycia Walter
  • 20€

Le Chocolat selon les Glukosés, 12 pâtissiers- 24 recettes. Ed Sud-Ouest

Jolie étape dans la jeune vie du club des Glukosés avec la parution d’un premier livre aux Editions Sud-Ouest. Mise en lumière du travail de 12 jeunes chefs, tous membres des Glukosés, un club de partage autour de leur passion commune.

Les 24 recettes proposées vont du classique revisité telle la forêt noire de Samuel Denis à des créations très contemporaine comme le 100% cacao de d’Antoine Weyland.

Les recettes expliquées pas à pas sont le plus souvent accessibles au cuisinier débutant. Je pense au fondant sans gluten de Diego Cervantes ou au moelleux au chocolat de Saint-Domingue de Thierry Lalet. L’amateur éclairé pourra se faire plaisir avec des créations proches de la grande cuisine comme l’entremet au chocolat, caramel et croustillant praliné de Thomas Pozzi à la carte du restaurant Darroze de Langon – 1* Michelin-

En parallèle avec le lancement du livre, le club tenait, lundi 9, son habituelle session trimestrielle. Celle- ci était dédiée au miel, un sujet qui a visiblement inspiré les chefs et ravi nos papilles. Ce fut une superbe dégustation.

Merci Les Chefs.

Merci à Candice Dambra de nous avoir accueilli dans sa boutique Candiz by M au Haillan.

Les Glukosés, le livre

  • Editions Sud-Ouest
  • Prix de vente 15€
  • Chez Mollat et toutes les bonnes librairies

Les 12 Chefs

  • Aleksandre Oliver, Marc Dambra, Samuel Denis, François Dussourd, Olivier Piot, Thierry Lalet, Matthieu Vidal, Alexandra Sturn, Antoine Weyland, Diego Cervantes, Kévin Rocher, Thomas Pozzi.

Dix bonnes raisons d’acheter Improvisations autour du Canard Sud-Ouest

_DSC7586

Présentation du livre à la presse

Le Chef Christophe Girardot

Un monument de talent et de créativité. Il a gardé intact son goût du challenge, de la compétition. Avec ce livre, Il ne cède pas à la facilité de reproduire ses recettes fétiches. Il sort de son domaine de confort, se fait challenger par ses pairs. Chaque recette est improvisée autour d’ingrédients proposés par un chef d’origine étrangère. Le défi : imaginer un plat en trente minutes et le réaliser dans la foulée. Le résultat est très convaincant.

 

Solenn Lemonnier

Dans ce livre, Christophe Girardot travaille en duo avec sa Soso. La jeune femme, meilleure apprentie de France 2014 apporte sa fraicheur et son savoir-faire aux recettes. Ancienne apprentie puis commis de la Guérinière, elle a tout appris auprès du chef Christophe Girardot et forme avec lui un duo complice. Aujourd’hui chez Michel Guérard, Solenn continue à progresser. Ne la perdons pas de vue. Les femmes chefs sont encore trop rares.

Solenn et ses copines de la team Girardot

Solenn et ses copines de la team Girardot

 

Claude Pringent

Pas de livre réussi sans belles photos. Claude Pringent sait tout faire, en premier la photo studio au bel éclairage et à la mise en scène impeccable. Grâce à sa réelle proximité avec les chefs, il sait aussi shooter les before, les after, les moments forts et capter les regards, les non-dits. Dans ce livre, il utilise la délicate porcelaine et les grès rustiques de Gladys Rochas. Ses assiettes aux non-couleurs de beige et de terre, leurs formes originales donnent un supplément d’âme à chaque création.

_dsc7662

 

Le Canard IGP du Sud-Ouest

Je n’oublie pas la vraie star : le canard du Sud-Ouest. Le roi de la fête se prête à toutes les combinaisons. Tu découvres que le palmipède possède des cuisses, un cou, des manchons, un gésier, un cœur et que tous ces morceaux se cuisinent facilement. Le livre se décentre du foie gras et c’est tant mieux. On ne peut pas fêter Noël tous les jours.

Acheter local, acheter français

Acheter un livre paru aux EDITIONS SUD-OUEST, écrit par un chef du Bassin d’Arcachon, shooté par un photographe Bordelais dont la vedette est le canard IGP du Sud-Ouest c’est un acte militant, un soutien à la filière. Ce livre donne envie de cuisiner et donc d’acheter du canard. Les éleveurs malmenés par la récente crise sanitaire ont besoin de nous.14233316_1654504741530225_1805968330_o

 

Les recettes

J’ai feuilleté l’ouvrage, dévoré plutôt, léché les photos même. Il me semble que Christophe Girardot nous propose des plats accessibles, nous les amateurs motivés. Je n’y vois pas de difficultés majeures. Bien sur il nous manquera le tour de main pour certaines préparations. Nos réalisations manqueront peut-être d’esthétique mais pas de saveurs.

Raviole de Canard aux saveurs d'Asie. Photo Claude Pringent

Raviole de Canard aux saveurs d’Asie. Photo Claude Pringent

 

L’ouverture sur l’étranger

15 chefs étrangers ont collaboré à l’ouvrage. La cuisine du sud-ouest se trouve enrichie de saveurs nouvelles, exotiques et parfois inattendues. L’ouvrage permet au cuisinier amateur de faire entrer la cuisine fusion à la table familiale, un plaisir trop souvent limité aux sorties au restaurant.

Christophe Girardot présente les chefs ayant collaborés au livre

Christophe Girardot présente les chefs ayant collaborés au livre

Tommy Shan, Le Bonheur du Palais et Christophe Girardot

Tommy Shan, Le Bonheur du Palais et Christophe Girardot

La mise en page ludique et contemporaine

Le chef renouvelle l’exercice du livre de recette. Avec lui, ce n’est pas une succession d’images studios et de recettes pour technicien confirmé. Le lecteur découvre le making off, l’ambiance joyeuse et décontractée qui a entouré le projet. Des minis images guident le lecteur dans les difficultés techniques. Chaque recette suit son propre rythme. Le livre sait nous surprendre et nous donner l’envie de le feuilleter comme une bonne BD.

Tommy et André Shan, le Bonheur du Palais avec le chef. Photo Claude Pringent

Tommy et André Shan, le Bonheur du Palais avec le chef. Photo Claude Pringent

 

Les Bonus

Dans ce petit ouvrage il y a tout, même les bases. Le bouillon de canard, le magret séché et une recette de foie gras. A noël, même pas besoin d’ouvrir le vieux cahier de mémé. Si tu suis les conseils du chef, ton foie gras sera grandiose.

 

Le Prix 15€

  • Deux paquets de Malboro, Rien quoi.
  • En plus fumer tue alors que la graisse de Canard, c’est un alicament.

_dsc7552

Daniel Gallacher, Racines, Tetsuroh Miyamoto, l’Exquis, Peter Johansen ,Koeben et le chef, une partie de l’équipe du livre

_dsc7544

Daniel Gallacher et Catherine Dubreil, responsable du projet pour les Editions Sud-Ouest

_dsc7656

Marc Roose de l’association IGP Canard du Sud-Ouest et le chef

_dsc7649

Instants selfies

_dsc7668

séance dédicace

_dsc7671

Cocktail tout canard chez French Burgers

 

 

 

 

 

 

L’INVENTAIRE GOURMAND DU SUD-OUEST, présentation du nouveau livre des AFAMES

Le canard mulard Kriaxera, le chapon de Grignols, le dindon de Varaignes, L’aillet, le bidaou, la chanterelle, le cresson de Fontaines, le Giraumont brodé galeux d’Eysines … l’Aquitaine étonne par la diversité de ses productions. Cette richesse méconnue, L’AAPrA, l’agence Aquitaine de Promotion Agricole en a fait l’inventaire dès 2013 ; plus de 300 produits typiques ont été recensés, dont 130 sous Signe d’Identification de la Qualité et de l’Origine. L’agence a d’abord consigné le résultat de son travail dans un recueil, véritable bible des produits de notre terroir incluant aussi la liste des spécialités régionales.

Dans un second temps, L’AAPrA s’est rapprochée du collectif des AFAMES pour mettre en scène une sélection de 100 produits emblématiques de la grande région. Les AFAMES ? Une bande de chefs girondins, douze copains, réunis par le chroniqueur José Ruiz autour d’une même philosophie : cuisiner sincère, des produits justes, et l’envie de partager des expériences, des adresses. Ensemble, ils ont déjà publié deux livres : l’huître et le foie gras du Sud-Ouest. Depuis le départ, ils sont accompagnés par Catherine Dubreil, éditrice culinaire aux éditions Sud-Ouest qui cette fois encore participent au projet.

Aurélien Crosato, Jean-Luc Beaufils, Frédéric Lafon, des copains

_DSC0801

José Ruiz et Jean-Pierre Raynaud présentent l’INVENTAIRE GOURMAND DU SUD-OUEST

_DSC0804

Jean-Pierre Raynaud pdt de L’AAPrA et Catherine Dubreil des Editions Sud-Ouest

 

 

 

 

 

 

Pour l’INVENTAIRE GOURMAND DU SUD-OUEST, les AFAMES ont invité sept professionnels issus de la grande région à se joindre à eux. Chacun a élaboré un ensemble de recettes rassemblées dans un recueil somptueux illustré par les superbes photos de Claude Pringent, le complice des AFAMES. Les visuels sont magnifiques, tu en mangerais ! Les recettes sont à l’image de la cuisine des chefs partenaires, épurées ou généreuses, sophistiquées, bien détaillées ou simples et très accessibles . Tu trouves aussi des fiches produits avec leur histoire, leur saisonnalité, les adresses des chefs et une liste de producteurs locaux.

image011

Claude Pringent, le photographe complice des AFAMES

Claude Pringent, le photographe complice des AFAMES

                                                                                                     

Le résultat de ce co-working culinaire : un bouquin qui pèse.

1260 gr de bonnes idées à découvrir, à interpréter, à détourner, à tester. Pour te donner envie, je partage ma sélection comme un menu de Fête.

  • Entrée selon Thierry Renou le burger de pommes de terre au caviar d’aquitaine, chantilly de saumon fumé. Mes hommes vont adorer.
  • Plat Frédéric Lafon palombe farcie au foie gras et rôtie au foin. De la palombe, Papy sera content.
  • Dessert Emmanuel Goncalves millefeuille de pommes du limousin, ganache au chocolat ivoire et combawa

Thierry, Fred et Manu, je compte sur vous pour un Tuto avant Noël.

titre renouth renoulafon (1)titre manuemmanue

Alliance des vins de Bordeaux et de la cuisine chinoise, le guide

Fashion gastronome, tu déjeunes light d’une assiette de sushi. A la maison, tu grignotes des brochettes sauce teryaki, le poulet à la crème comme à Vonnas, no way. Georges Blanc ? Connais pas. Pas grave, sauf au moment de choisir les vins. Oups ! Y’a plus personne ! Les accords mets et vin pour la cuisine asiatique, c’est pas gravé dans ton ADN. Tu craques pour un Miraval, un rosé de Provence, le château d’Angelina et Bratt. Un joli combo : une image glamour, une couleur ultra pâle et une acidité rafraîchissante. Exotisme et vin fraîcheur comme en vacances, Easy !

Dommage pour les Bordeaux qui goûteraient bien aux saveurs asiatiques.

En Chine aussi, on manquait d’une grammaire pour conseiller un marché amateur de Bordeaux. Laurent Moujon éditeur spécialisé dans les vins de Bordeaux a complètement ressenti le besoin d’un guide lors de ses voyages en Asie. Pour satisfaire un consommateur connaisseur, il a planché sur la question des accords cuisine chinoise et vins de Bordeaux. Pendant plus d’un an, il a testé avec son équipe plus de 300 vins à la recherche de mariages réussis. En collaboration avec Feng Wei, une jeune chinoise tombé amoureuse de Bordeaux, il a sélectionné 50 recettes issues des différentes provinces Chinoises. Ils ont ajouté 15 recettes de chefs bordelais. Ensemble, ils ont construits un recueil matchant la cuisine et les vins. L’ouvrage, Bordeaux Alliance de ses vins avec la Cuisine Chinoise, vient de sortir aux éditions Bordeaux Patrimoine Mondial & ses Vins.couverture

En première lecture, tu y vois un livre rédigé dans les deux langues, français et chinois, dédié aux accords mets et vins. L’ouvrage se révèle beaucoup plus riche. Tu y trouveras de superbes illustrations sur la Chine, comme une invitation au voyage, un carnet d’adresse gourmande organisé par région. En dernière partie, tu découvres une présentation du Bordelais, des circuits touristiques et surtout la fiche produit de 60 Châteaux. Le résultat est très attractif, les photos sont superbes, Les recettes semblent assez faciles. Le livre est disponible à la librairie Mollat et à l’office du tourisme de Bordeaux.

Je suis très tentée par un poulet caramélisé aux parfums de gingembre et basilic. Laurent propose six vins pour accompagner ce plat : un Pessac-Léognan, un Médoc, deux Margaux, un Cotes de Bourg et un Lalande Pomerol. Ce sont de petits châteaux, des vins plaisirs pour une offre. Les auteurs sont allés chercher des producteurs qui donnent la priorité au produit.cuisine chinoise

 

Pour Julie2On se quitte sur les photos du déjeuner de presse organisé au Chapon Fin, un restaurant si chargé d’histoire au cœur du Bordeaux gourmand. Le chef Nicolas Nguyen Van Hai a saisi l’occasion pour nous faire déguster ses créations associant les produits du Sud-Ouest à la gastronomie asiatique. Le magret aux cèpes se réinvente en maki, l’esturgeon se laque de sauce vin rouge. Excellent !le chapon fin _DSC7949 _DSC7962

_DSC7986 _DSC7967

_DSC7370Je n’oublie pas les vins sélectionnés par le sommelier Alexandre Morin en charge de la superbe cave du restaurant : 1000 références, 7000 bouteilles et surtout 50 vins au verre et des plus prestigieux. Je te laisse rêver, au Chapon fin, tu peux te câliner d’un verre d’Echezeaux Domaine de la Romanée Conti 1999, d’un Rayas 2001. Si tu préfères les Bordeaux, un verre de Mouton Rothschild 1986, un Lynch Bages 1990, c’est possible en solo. Nous sommes restés dans l’idée du livre, on a dégusté des vins plus accessibles avec un joli supplément d’âme. Un Graves Blanc, château Villa Bel Air en entrée ; un Côte de Francs, château Le Puy 2010 souple et suave en bouche pour accompagner le poisson. En touche finale, un superbe Sauternes, Château Haut Bergeron 2010 en magnum, peu sucré, bien équilibré et vif en bouche._DSC7970

 

_DSC7375 _DSC7999Merci à Laurent Moujon, rédacteur et propriétaire de Bordeaux Tourisme Editions. Merci à Feng Wei sa collaboratrice.laurent Moujon

Salon international du Livre Gourmand : Périgueux 23 novembre

Arrivée à 15h30, lendemain d’une belle soirée et d’une trop courte nuit !!!

Too late for the chefs !!! Finies aussi les démonstrations en live.

Il me restait les tables rondes et débats, les livres, 260 ouvrages présentés par leur auteur. Restait aussi le village des saveurs, une vingtaine d’exposants, producteurs de la région et aussi l’atelier pour les enfants. Junior aurait adoré. Mettre les mains dans la farine et faire sa propre pizza sous les conseils bienveillants d’un chef. Top !!!

 

_DSC0169

 

Les livres : exposés sur les tables, un joyeux melting pot d’ouvrages de recettes de chefs, de blogueurs, cuisine traditionnelle ou Vegan, bandes dessinées ou idées futées pour trentenaires pressées. Difficile de ne pas craquer. Mes étagères croulent sous les livres de recettes si souvent caressées et jamais réalisées. Laissons au chef le privilège de leurs créations et arrêtons nous sur des ouvrages faisant sens.

En premier un livre illustré pour little me. Le potager de Chloé de Pascale Bougeault

_DSC0123 (1) Pascale Bougeault

Aidée de sa grand-mère, elle mènera sa propre expérience de jardinage avec des graines de tomates, de courgettes et de potimarron. Une épopée jardinière en 24 pages qui lui permettra de mémoriser les outils de jardin, d’apprendre les gestes de sa grand-mère et de comprendre les astuces indispensables pour faire pousser des légumes. Sera t’elle récompensée et pourra t’elle savourer une délicieuse tarte au potimarron ?

C’est une jolie histoire de transmission de savoir, éducative et écologique. Litlle me y apprendra le jardinage de la récolte des graines à celle des fruits, sans oublier la patience et le bien produire avec un zoom sur le compost et la récupération d’eau.

Registre totalement différent pour Le cœur à l’ouvrage de Gérard Caillé, une biographie montée comme un diary. L’homme est attachant, au fil des pages il raconte sa vie de sérial entrepreneur. Issu d’un milieu modeste, il commence par une formation de charcutier puis se réalisera comme entrepreneur en restauration de la pizzeria au Jaune Poussin à Périgueux à la fois restaurant populaire et salle de spectacle Jazz et cabaret. . La dernière trouvaille de notre entrepreneur en restauration, c’est le low cost. En 2008, il se repositionne sur une cuisine familiale de tradition française à prix plancher, formule à 10€ le midi autour d’un plat comme le Bœuf Bourguignon, la blanquette de veau ou le pot au feu. Surfant sur la crise économique, son entreprise redécolle et connaît aujourd’hui un vrai succès. Une belle leçon de vie, une ode à la création d’entreprise qui parle même de résilience. La belle notion de recontruction de l’humain après une expérience traumatisante si chère à Boris Cyrulnik est ici comprise comme la faculté de rebondir professionnellement encore et encore.

Séance dédicace salon du livre gourmand à Périgueux

Séance dédicace salon du livre gourmand à Périgueux

Je termine ma balade par le marché de producteurs, du bon pain, des conserves de canard, le caviar Neuvic et la vodka Pitia. Waouh, à quatre heures de l’après-midi, un peu hard !!! Mais cette vodka élaborée selon une recette traditionnelle remontant à Catherine II et si subtilement parfumée méritait bien un petit shooter. J’ai liké un stand de vinaigres parfumés. Le produit existe en concentré, une bonne idée pour terminer les assiettes et bluffer les copines sans trop d’effort. Ca j’adore !!!

 

Soirée dédicace pour les chefs du Bassin et la bande des AFAMES

Diapositive01 Diapositive02 Diapositive03 Diapositive04

Joyeuse bousculade lors de la présentation du livre le Foie Gras par le collectif des AFAMES* ce lundi trois novembre. La caserne Niels n’a pas résisté longtemps à l’assaut d’une armée de fans enthousiastes. La soirée débutait à 19H30 et dès 20H15 certains chefs se trouvaient déjà à cours de munitions pour regarnir les plateaux de dégustation offerts aux nombreux amateurs.

Diapositive07 Diapositive08 Diapositive09 Diapositive10 Diapositive11 Diapositive12 Diapositive13

Même pas le temps de faire les photos !!!

Si je te donne le scénario, tu veux bien refaire le film :

Le décor : l’espace Darwin, l’espace de travail collaboratif de Bordeaux. Bien vu pour présenter un ouvrage collectif.

La star de la soirée :

le Foie Gras en cromesquis, en mousse, en verrine ou en sucette, au naturel, aux pommes, à la mangue ou au chocolat.

Diapositive05 Diapositive06

Les tableaux :

  • Sur une gelée de cacao, mousse de foie mariné aux épices, Passavant & chocolat Guarana. Crumble noisettes & amandes on the top – Jean-Luc Beaufils
  • Sucette de foie gras raisiné aux arômes de pomme, poire &gingembre – Pierrick Célibert
  • Flan de foie gras, confiture d’oignon & gingembre, graine de wasabi – Frédéric Coiffé
  • Cromesquis de foie gras en croûte de pain noir – Comme une truffe en trompe-l’œil – Christophe Girardot
  • Foie gras mi- cuit en gelée de mangue & zeste de combawa – Emmanuel Goncalves
  • Mousse de foie gras, crumble aux noix et aux cèpes – Frédéric Lafon
  • Foie gras mi- cuit aux parfums de vanille & gelée de mangue – Franck Descas
  • Mousse de foie gras & anguille fumée, céleri & pomme fruit – Thomas l’Hérisson
  • Foie gras mi- cuit aux pommes & poivre Sansho au parfum de citron & citronnelle – Kendji Wongsodikromo

 

La dégustation terminée, il reste l’essentiel, le superbe livre le Foie Gras illustré par Claude Prigent. A offrir et à s’offrir très vite. 36 recettes, autant d’idées pour booster ton répertoire et bluffer les copines.

Juste pour toi, un aperçu de la recette d’Emmanuel Goncalves, restaurant le Pinasse Café au Cap Ferret. Tu trouveras les proportions & temps de cuisson dans le livre.

Diapositive14

  • Laisse mariner une heure un joli foie gras déveiné, salé & poivré dans 50cl de Sainte – Croix – du – Mont
  • Cuit à four vapeur ou place ton foie au dessus d’une casserole d’eau bouillante dans ton four traditionnel.
  • Réalise des rouleaux de 2 cm de diamètre, filme-les et réserve au froid.
  • Mets dans une casserole la purée de mangue, ajoute 8 gr d’Agar-Agar le jus et le zeste d’un Combawa. Fais cuire 2mn.
  • Sur une grille, dépose les rouleaux de foie gras dé-filmé. Coule dessus la purée de mangue. Mets au froid puis renouvelle l’opération deux fois.
  • Sers en fines tranches sur du pain de campagne grillé & accompagné de chips de mangue.

Du croquant, du moelleux, douceur sucré du foie à la mangue &

incomparable saveur acidulée du combawa.

* Alliance des Friand Amateurs de Mets Epicuriens et Savoureux