Le Nama : un concept club pour une adresse gastronomique

24 rue Lafaurie-Monbadon, une adresse so 2015 qui conforte le quartier du palais Galien, entre les rues Judaïque et Fondaudège, comme un autre pôle du Bordeaux de la gastronomie. Patrick Herreyre, propriétaire du Nama a ouvert en décembre 2014 avec l’ambition de faire bouger les lignes. Son concept inédit joue la carte du club. L’idée c’est de payer 20 euros à l’entrée et ensuite de bénéficier de tarifs à prix coûtant sur les plats et les vins.  Les entrées et desserts sont autour de 4 euros et les plats entre 10 à 15 euros.

Donc je paie à l’arrivée 20 euros, juste pour voir ? Yep !!! Les très blondes et les distraits auront un peu de mal à comprendre. Je t’explique pas les incompréhensions au moment de la commande et la question qui revient en boucle : mais dans les 20 euros, il y a quoi ?

Patrick herreyre

Ensuite la déco : plutôt sympa, moderne, tu remarqueras à l’entrée une tapisserie personnalisée en noir & blanc. Prends le temps de regarder, dans le décor se cachent les symboles mêlés de la Cuisine et du Japon. Clin d’œil à Murakami, le Maneki-Neko porte-bonheur et même d’autres objets plus rigolos. Dans le fond du restaurant tu découvres la cuisine très ouverte. Ici tout se veut transparent.

le Nama, bordeaux _DSC7533

La carte se présente sur Ipad : stylé !!! Les plats sont décrits par leurs ingrédients : so hype !!!

_DSC0281 (1) _DSC0288

La cuisine est créative. Paul Gouzien n’est pas tombé tout bébé dans une marmite. Il aurait pu être musicien, sa passion cuisine elle est venue plus tardivement que chez la majorité des chefs. Formé par Nicolas Magie, le Saint James à Bouliac, Paul a choisi la cuisine comme un mode d’expression. Il veut créer, surprendre, partager. Il n’a pas de plat signature, pour lui réussir une assiette c’est transmettre une émotion. Chez un chef, il aime l’honnêteté, la sincérité et la sensibilité.

Waouh, quel programme …

Paul gouzien

A la dégustation, cela donne quoi ?

On a eu de la créativité, de la générosité dans les assiettes. On sent une grande recherche dans les ingrédients, les modes de cuisson. J’ai adoré notre plat, un agneau fumé au bois de hêtre. Tu verras les photos : ça claque !!! Petit bémol pour mon dessert à base de myrtilles. Dommage les myrtilles je suis fan sauf que c’est vraiment pas la saison et en plus c’était un peu strange. Le chef m’avait prévenu, j’ai joué, j’ai perdu. Rançon de la créativité.

L’addition, c’était 45€ pour Entrée +plat + dessert + 2 verres de vin. Comment te dire ? Je sais pas : classique pour la qualité offerte.

Oups, j’oublie de préciser que le Nama est un Wine restaurant. Le concept du droit d’entrée est d’ailleurs pensé pour l’amateur de vins qui paie la bouteille au prix caviste. Et plus tu consommes, plus tu amortis les 20€ du départ. Les petits appétits et les buveurs d’eau sont un peu pénalisés.

Je finis par les photos, histoire de te donner envie.

Paul gouzien_DSC3356 _DSC3389 _DSC3421_DSC3417_DSC3428 _DSC3441_DSC3451

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés