Le Banquet Rock de Bordeaux So Good

La nouvelle scène du Bordeaux Gourmand nous a offert son interprétation très rock and roll du Banquet. On a mangé debout, au bar de la Rock School Barbey, sans chichi, ni manière. Les chefs nous avaient préparé de vraies recettes savoureuses et créatives, servies en bouchées gourmandes. Je te les donne pour mémoire.

  • Nicolas Magie : Faux risotto de chipirons à l’encre de sèche
  • Vivien Durand Raviole « Vitello Tonatto », carpaccio de veau et crème de parmesan
  • Fabian Felmann Poulpe de roche de Saint Jean, polenta le grand roux
  • Tanguy Laviale Tartare de bœuf, émulsion de langoustines et citron confit

_dsc2360 _dsc2376 _dsc2383_dsc2340

 

 

 

Dégustation au jeton comme dans une fête de village avec des préparations terminées sur place et servies par les chefs eux mêmes. Le Banquet de la Rock School était le seul à offrir ce contact, ces moments d’échange avec les stars de la cuisine Bordelaise.

Côté vins, Stéphane Derenoncourt, un des plus influents consultants Bordelais présentait deux vins : Les Parcelles en blanc, vinifié pour la maison Bouey et son Côte de Castillon, le domaine de l’A en rouge. La aussi, belle occasion de rencontre et d’échange autour de vins accessibles mais vinifiés comme des grands crus. Petit coup de cœur pour le domaine de l’A, de l’élégance et des tanins soyeux malgré sa jeunesse.

_dsc2313 _dsc2321

Le ticket d’entrée à 25€, concert et tapas inclus, devrait faire école. Bordeaux So Good, festival gastronomique et populaire a tout à gagner à rester accessible au plus grand nombre.

_dsc2597_dsc2532_dsc2520 _dsc2552

Nuit des Banquets glam rock au Palais de la Bourse

Arrivée digne de rock stars pour Christopher Coutanceau, La Maison Coutanceau à la Rochelle, Nicolas Masse, la Grand’Vigne à Martillac et Jean-Luc Rocha du Château Cordeillan-Bages à Pauillac._DSC0914_DSC0924 _DSC0929

Les trois chefs doublement étoilés et copains à la ville ont fait irruption dans la salle au guidon de magnifiques Harley Davidson. Au son si caractéristique des bi-cylindres de Milwaukee, le public ébahi s’est levé tout smartphone brandi. Applaudissements, photos, photos, photos, les 240 convives ont adoré et partagé ce moment unique. _DSC0949 _DSC0964

La soirée a continué en rythme, les chefs ont présenté leur programme : un menu exceptionnel fruit d’un co-working culinaire, l’occasion rare de découvrir en un soir la cuisine des plus étoilés de la région. Au menu des plats signatures, à la carte dans leur maison respective.

  • En Entrée, la coquille Saint Jacques en trois déclinaisons de Christopher Coutanceau.
  • En plat, Le pavé de Bar au chanterelles et parfum de livèche de Nicolas Masse
  • Le dessert comme un mystère café mascarpone signé de Jean-Luc Rocha. _DSC1008

_DSC8343_DSC1112 _DSC1145
_DSC1230Une soirée très food and fun pour les trois chefs heureux de se retrouver ensemble en cuisine. Le banquet permit aussi partage de conseils et expertises entre chefs, entre chefs et élèves cuisiniers._DSC1217 _DSC1233

_DSC0967 (1)

Jean-Francois Runel-Belliard, président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde

Une soirée énorme pour le public : un cadre grandiose, des paillettes, du plaisir partagé mais aussi un beau geste de solidarité. Les chefs avaient imaginé une tombola au profit de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde. Trois heureux convives sont repartis avec la veste signée d’un deux étoiles, tandis que 5 euros par repas étaient reversés pour les plus démunis. _DSC0976_DSC1188 _DSC1193

Le Banquet des ordures de Philippe Etchebest pour Bordeaux So Good

DSC_1018

Raccord avec sa réputation de dur, Philippe Etchebest a voulu nous mettre KO debout, cogner sur nos vieilles habitudes de gaspillage. Il nous promettait un banquet d’ordures. Le jour venu, il a rangé les gants, Il ne poussa pas la provocation jusqu’à cuisiner de vrais rebuts. Il a fait mieux ; il a bâti un menu autour de produits parfaitement consommables mais destinés à la casse pour des raisons de mauvais étiquetage (la viande) ou pour délit de sale gueule (les légumes). Pour lui, ce geste militant fait sens. Sur M6, en compagnie des jurés de Top Chef, on l’a déjà vu faire les poubelles à Lille et cuisiner l’équivalent de 7880 repas. Il veut prouver que nous sommes tous acteurs du gâchis et qu’il est temps de changer nos habitudes. A Darwin, le chef nous a administré une belle leçon pas de boxe mais de lutte contre le gaspillage alimentaire

DSC_0980

Oups !!! J’avais oublié le décor.

Ce lieu encore nouveau pour de nombreux Bordelais mérite d’être présenté. Nous sommes rive droite à l’entrepôt Darwin, l’ancienne caserne Niels réhabilitée et devenue à la fois une pépinière d’entreprises favorisant le travail collaboratif et la mutualisation, un supermarché bio et une cantine de luxe appelée réfectoire et dirigée par le chef Lorenzo Toni. Le mobilier est complètement bobos moches : sol de béton, table en bois brut et canapés de récupération. L’ensemble ressemble à ces adresses post-industrielles que l’on trouve à New York ou à Londres. Le restaurant destiné à l’origine aux entrepreneurs du site s’est vite imposé dans le Top Ten des adresses Bordelaises tendances. On y mange une cuisine simple mais bonne, à base de produits bio, on y brunche le dimanche en famille. La cuisine complètement ouverte sur le salle est simplement séparée par un immense comptoir sur la presque totalité de la longueur de l’espace de restauration. On peut donc voir les chefs Lorenzo Toni et Marie Le Cossec en live.Espace Darwin bordeaux Darwin bordeauxDSC_1049

Attention ne confonds pas Darwin avec Universal Studio. Le décor pourrait le faire croire mais ici c’est pas du cinéma. Les trois co-gérants Philippe Barre, Jean-Marc Gancille et Philippe Lassalle Saint Jean font plus qu’annoncer une philosophie du mieux consommer. Ils ont dès l’origine du projet intégré une dimension durable au projet. Le lieu a été rénové dans l’optique de minimiser l’empreinte écologique. La gestion quotidienne rationnalise les consommations d’énergie, d’eau et minimise la production de déchets par compostage.

 Et le diner alors ?

DSC_1043

DSC_1047

On va faire simple, je te donne le menu :

La Mer en entrée

Risotto de boulgour, poisson de pêche du bassin & crème de crustacés à l’estragon

La Terre pour continuer

Pot au feu de veau Pré vert du Périgord au tandoori

Le Verger en dessert

Crumble de pommes Gala, chantilly Granny Smith, gelée de pommes reinettes

Le chef a cuisiné simplement comme à la maison, des produits et des plats de saison. Les convives ont adoré car Philippe Etchebest a vraiment bien joué le jeu ; il s‘est déplacé en salle, a échangé avec chaque table. En cuisine, il a veillé à tout et à tous. Il a vraiment partagé avec l’équipe. Je ne sais pas si tu le verras sur les photos mais l’émotion était bien là et certains sourires faisaient plaisir à voir.

Philippe Etchebest à darwin DSC_0960 DSC_0925Philippe EtchebestDSC_0963Philippe EtchebestDSC_1056Darwin

Soirée de partage et belle action en plus car pour chaque repas vendu 30€, la Banque Alimentaire de bordeaux recevait 8€.

Bravo !!! Respect !!!

 

 

Et pour finir, je te laisse mon amie Stéphanie te raconter sa jolie histoire.

 

Comme tu le sais, Sophie, Pascal et moi avions réservé une table avec 5 amis pour le banquet des ordures du 29 novembre. 

C’est Philippe Etchebest avec Lorenzo Toni qui préparaient ce repas dont la recette (après déduction des frais) sera reversée à la B.A. Sur le principe de la convivialité, après apéritif et entrée, notre jeune serveuse nous a apporté une marmite de pot-au-feu à partager. Au moment de nous débarrasser elle nous gronda gentiment car nous n’avions pas terminé notre marmite : un comble pour une soirée contre le gaspillage alimentaire … quelques minutes plus tard elle revenait à notre table avec un « Doggy bag ». J’ai ainsi rapporté ce plat à mon domicile et, le lendemain, étant invitée à un baptême, je l’ai offert à un vieux monsieur faisant la manche sur le parvis de l’église.

Ainsi cette soirée prenait vraiment tout son sens avec l’implication de cette jeune serveuse grâce à qui, un sans-logis a dégusté le dimanche 30 novembre le plat d’un chef étoilé…

Bel exemple de solidarité, non?

DSC_1032