Brunch gastronomique à L’Haïtza

Le dimanche à Arcachon, c’est brunch à l’Haïtza

Arcachon, on peut y venir toute l’année. Par l’autoroute depuis Bordeaux, c’est déjà sympa. Plus fun, le combo week-end côté Ferret + traversée en bateau navette + déjeuner en famille. Le quatorze juillet, nous étions sur le bassin, nous avons tenté l’aventure. Tout a commencé au débarcadère du Cap Ferret. Nous étions une dizaine à prendre le bateau de 10h pour le Mouleau. Le voyage a duré vingt minutes, le temps d’une mini balade. C’était cool de longer le Ferret, de regarder la côte depuis l’eau et de faire la photo du phare avec les parcs à huîtres en premier plan.

Arrivés au débarcadère nous avons pris le temps d’un café en terrasse, de regarder les vitrines et la jolie église qui domine la rue commerçante. Vers 11h, on a attrapé le bus qui te dépose à deux pas de l’objectif. Nous sommes arrivés en avance. J’en ai profité pour déambuler au rez-de-chaussée de l’hôtel, admirer les gâteaux du salon de thé installé dans l’entrée. Et à 11h30, nous étions quasiment les premiers pour prendre place en terrasse. J’avais choisi l’extérieur pour le charme désuet des tables bistro,  des chaises à la parisienne et la fraîcheur donné par l’ombre de la bâtisse. En bonus, nous avions la vue sur les pins ; l’hôtel se trouve dans un quartier résidentiel qui a conservé le charme du siècle passé avec ses maisons basques aux jardins encore sauvage. 

A l’intérieur, l’ambiance est différente. On peut choisir la proximité de la piscine ou la salle à manger avec vue sur la cuisine ouverte. La décoration est fabuleuse, les murs sont saturés d’objets, d’une collection de chapeau de paille, de masques africains. Le génial Starck, designer des lieux, a fait de l’endroit un des plus créatif de la ville tel le salon d’un amateur d’art.

Le Chef Stéphane Carrade
Brunch à volonté à l’Haïtza, le rêve des ados gourmands

Notre parcours culinaire a commencé par le choix des boissons, proposées par le maître d’hôtel. La suite fut grandiose. Les garçons étaient fascinés par le buffet ou plustôt les buffets installés dans un jardin d’hiver. Un linéaire de dix mètres organisé par thème, la viennoiserie, les entrées froides, lui faisant face la table à pain, le buffet de fromage et au centre le monumental buffet de fruit de mer. Là, langoustines, crevettes, homard, bulots et huîtres parfaitement présentés s’offraient à nos yeux ébahis. Le buffet de juillet est dressé pour accueillir 300 personnes. L’offre est si abondante qu’il est difficile de faire un choix. Même les plus gourmands ne pourront pas tout goûter. Il s’agit donc de mettre au point une stratégie et de sélectionner avec tactique. Mon conseil, oubliez les viennoiseries, les galettes bretonnes. Commencez par le buffet de fruit de mer. Impossible de faire l’impasse. Continuez par piocher dans les préparations du chef, les bouchées salées aussi originales que délicieuses. Les grands appétits iront aussi vers les plats chauds.

Brunch Gourmand à l’Haïtza

Ensuite, marquez une courte pause. Savourez la vue, un autre café avant le dernier tour, le moment sucré. Le personnel de salle, d’une extrême gentillesse, est là pour proposer jus d’orange frais et boissons chaudes. On se laisse servir, on profite de ce temps entre nous.

Mini tartelettes, baba miniature ou bouchée choco, les tentations sont multiples. Les plus raisonnables finiront par des fruits de saison, des amandes fraîches ou des fruits secs. Les autres se feront plaisir. A l’issue, on quitte la table à regret. On serait bien resté encore un long moment à papoter. 

La marche qui nous ramène vers l’arrêt de bus est bienvenue. Engourdis de sucre et de gourmandises, nous avançons au ralenti. Heureusement nous rentrons en bateau. La courte navigation réveille. On en profite pour débriefer, se raconter nos meilleurs choix. On se dit aussi qu’une prochaine fois, on saura mieux gérer.

Hôtel Haïtza, les info
  • 312 boulevard de l’océan, 33115 la Teste-de-Buch. 05 56 54 02 22
  • Brunch tout les dimanches de 11h30 à 16h – 69€/pers
  • depuis le Cap Ferret : navette toutes les deux heures du 14 juin au 1er septembre. tarif 14€ A/R

Koeben, le Meilleur Brunch de Bordeaux.

Longtemps à l’écart de la Brunch attitude, Bordeaux compte désormais un grand nombre d’adresses ouvertes le septième jour. Ce n’est plus une mode, c’est une food routine. Pas de week-end réussi sans un dimanche au restaurant à partager une table entre soi ou entre potes. 

Pour notre plus grand plaisir, l’offre est abondante. Dans la première édition de mon guide, j’ai proposé une sélection, dix bons plans. Depuis j’ai continué mes recherches et j’ai testé Koeben.

Je connais bien l’endroit, j’aime y déjeuner d’une assiette scandinave ou y prendre un thé dans l’après-midi. Je n’avais pas testé leur Brunch. J’avoue, c’est une erreur. Je passais à côté du Meilleur de Bordeaux. Je m’explique :

Le Brunch de chez Koeben combine une expérience culinaire avec un voyage immobile en pays Danois. Il suffit de passer la porte pour s’imaginer ailleurs, à Copenhague ou à Stockholm. C’est cool pour ceux qui sont bloqués à Bordeaux le week-end.

Le décor s’inspire des coffee bars, mélange de blanc, de bleu et de bois blond. Sur les murs sont exposés les créations de Sandrine Richard, des estampes digitales sur le thème du Nord et du Viking. Ses compositions racontent une histoire à l’aide de motifs narratifs et de jeux de mots. L’ensemble fait de Koeben un lieu unique, moderne et chaleureux. 

Le Dimanche, nous sommes accueillis comme chez des amis par Lucien et le chef Peter Johansen. Les tables sont mises, le buffet est dressé. Il fait l’admiration des convives par sa belle ordonnance, sa générosité et son originalité. Après quelques paroles de bienvenue, Lucien nous explique les modalités pratiques du repas, le choix des boissons. Café et thés à choisir dans la carte sont servis à volonté.

Puis le chef nous raconte son buffet. Le menu s’articule autour des poissons et des viandes froides et du pain noir ou Rugbrod. La star du buffet, le pain de seigle aux graines,est fait sur place à partir d’une farine spéciale importée du Danemark. C’est la base du Smorrebrod, le sandwich ouvert emblématique de la cuisine nordique. Chez Koeben, en version salée, on le prépare avec du hareng, du saumon, du bœuf froid ou du Leverpostey, le traditionnel pâté de foie.

Assiette scandinave

Le hareng se déguste en trois façons : nature accompagné d’oignon rouge et d’œuf mimosa, mariné dans une réduction de betterave parfumée aux épices où nappé de sauce curry. Le saumon se présente fumé accompagné de sa sauce rémoulade et d’oignons frits ou sucré-salé en gravlax avec une sauce moutarde à l’aneth. Dans L’oreillette, Lucien me glisse : J’ai demandé à Peter le nom de la sauce à l’aneth en danois RÆVESOVS – soit traduit mot à mot la sauce du renard. Mais pourquoi??? Mystère!

Toutes les préparations, les sauces sont maison. Elles apportent au buffet goût et originalité. Il faut absolument suivre les conseils de Peter et ajouter un choix de condiments à son assiette. Les oignons frits, le bacon séché au four, la sauce à l’aneth font la subtilité de la cuisine danoise. Dans un pays où le climat ne permet pas de faire pousser une grande variété de légume, les assaisonnements apportent peps et fantaisie aux recettes.

Je préviens les gourmand(e)s, surtout goûtez à tout mais avec modération, il serait dommage d’oublier les desserts. 

Yannick le chef pâtissier travaille son assortiment sous la forme de mini desserts. Il propose un choix de cake découpés en petits carrés, une jolie salade de fruits de saison  et pas moins de huit verrines. Il y a des préparations à base de crème et d’œufs, pannacotta, riz au lait, mousse au chocolat et surtout des classiques de la pâtisserie française revisités. Mes préférées ont le goût du dimanche en famille : forêt noire et tarte tatin. Le gâteau est réalisé en étages et surmonté d’une chantilly posée au siphon. Chacun est écoré dans l’esprit de la recette, caramel pour la tatin, cerise confite pour la forêt noire. C’est délicat et délicieux, j’adore.

Voilà, je vous ai (presque) tout dit. Fraîcheur, originalité et générosité sont au Rendez-vous d’un dimanche chez Koeben. Vous y passerez un bon moment. Vous le ferez suivre d’une jolie balade dans le centre de Bordeaux. La place Gambetta est à deux pas. Alors foncez et surtout prenez soin de réserver. Le Brunch affiche toujours complet.

Koeben

  • 32 rue du Palais Gallien – 09 86 15 02 20
  • Soupe du jour 4,50€ plat du jour 10,50€
  • Du mardi au samedi – 9h à 18h
  • Brunch le dimanche 33€ sur réservation 11h30 et 13h30

En savoir plus sur les brunchs à Bordeaux, cliquez ici.

Brunch au Canopée café

Nouveaux Horaires depuis l’automne 2019. Le Canopée Café est désormais fermé le dimanche.

Invitée à la session Yoga-brunch du Canopée café, j’ai découvert un endroit assez étonnant. Imaginez un rooftop au cœur d’une zone commerciale, un restaurant bistronomique entre Carrefour et Alinéa. Il fallait oser. Jean-François Tastet, multi-propriétaire de restaurant à succès (l’escale au Cap Ferret, Chez Pierre à Arcachon ou le kayaok à Lacanau…) ne s’est pas lancé au hasard dans l’aventure. Il a beaucoup investi pour créer un espace atypique et convivial. Pari réussi, depuis l’ouverture en mai 2016, les bordelais se sont appropriés les lieux. L’été, ce sont 500 à 700 personnes qui vont faire vivre les 1500m2. On y vient déjeuner, prendre l’apéritif dès 18h, diner et faire la fête jusqu’à deux heures du matin.

Le concept est modulable. On peut boire un verre, grignoter quelques tapas et taper la boule dans un des trois boulodromes. On peut aussi diner à la carte autour d’un pavé de thon de méditerranée, d’un agneau de lait des Pyrénées ou d’un cochon fermier du pays basque, plats du soleil mis au point par le chef Sébastien Sevellec.

Le dimanche pour déjeuner, on passe en mode brunch (ou pas ; la carte est toujours servie). Le service se fait en deux temps, une assiette salée, une sucré. Les boissons chaudes et froides sont servies à volonté.

Le 2 septembre, le repas était précédé d’un cours de Yoga animé par Pascale Dimajo, certifiée de l’Ecole Française de Yoga du Sud-Ouest (EFY S/O). Pour un cours qui comprenait de nombreux débutants, elle a posé les bases d’un travail sur la respiration, sur les postures. Comme reprise du sport après deux long mois de petite activité, c’était tout a fait bienvenu. Parfaitement installés sous les voiles d’ombrage de la terrasse, rafraîchis par une légère brise, nous avons laissé le corps et l’esprit se reconnecter en douceur. Le yoga demande souplesse et équilibre mais il fait travailler sans violence, sans brusquerie. L’exercice a duré 1H30, il fut suivi d’une tisane détox au plus grand bonheur des filles.

Ensuite, nous sommes passés à table pour un super moment de détente et de bavardage. Les assiettes sont gourmandes, les recettes bien éxecutées. On s’est régalé. Et comme nous manquions d’appétit pour le muffin aux pépites de chocolat, notre serveuse a gentiment proposé de nous le mettre en boite pour emporter. Le geste m’a beaucoup plu et témoigne de la qualité, de la gentillesse du service. C’est vraiment un plus et une constante dans ce groupe de restauration. Malgré la taille de l’établissement, le client est toujours bien accueilli (comme à l’Escale au Cap Ferret ou au Tamaris à Andernos, les deux restaurants que je connais un peu plus). Cela méritait d’être souligné.

Je vous recommande vraiment cette adresse et vous invite à tester le prochain Yoga-Brunch prévu le 16 septembre. Tarif 40€, brunch seul 33€

Très bonne rentrée à tous.

Le Canopée Café

  • 1 chemin du Pouchon, Mérignac
  • Réservations : 05 56 51 70 00
  • ouvert tous les jours sauf les dimanche du 15/07 au 31/08

L’assiette salée du Brunch du Canopée café.
Tartine oeuf mollet et crémeux d’avocat, Poke bowl quinoa et brochette de poulet mariné.

l’assiette sucré du Brunch du Canopée café.
Pancake, crème mascarpone. Fromage blanc, granola maison et fruits du moment.