Où acheter ses chocolats de Noël à Bordeaux.

Quels sont les meilleurs chocolatiers de Bordeaux ? Où acheter ses chocolats de Noël ? le carnet d’adresses de Sophie Juby

A Bordeaux, nous avons la chance d’avoir de magnifiques chocolateries. Véritables institutions, adresses historiques ou nouveau temple de la gourmandise, ces lieux d’exceptions proposent des créations réalisées par des chocolatiers experts. Leur travail, c’est de l’artisanat d’art, de la passion, du temps et du savoir-faire. 

Réservons donc nos achats de Noël à ces artisans d’excellence. Ainsi nous préserverons notre patrimoine culinaire.

Cadiot Badie

C’est au XIXième qu’une boutique de cadeaux en porcelaine de saxe, de parfums, de fruits confits et de chocolats s’installe au 26 Allées de Tourny à Bordeaux. L’enseigne évolue avec le temps,  devient Cadiot-Badie. Elle traverse les époques. Son dernier propriétaire Serge Michaud a repris l’affaire en 1997 en association puis en son nom seul depuis 2007.

C’est un résumé d’une longue épopée, une histoire assez unique d’une enseigne qui fait de Cadiot-Badie une des plus anciennes Chocolaterie de Bordeaux, sinon la plus ancienne.

La boutique a gardé de son passé un décor d’époque, façade de bois brun, comptoirs de bois peint et doré, plafonds moulurés et peints. Franchir la porte nous plonge dans un monde délicieusement rétro. Les murs sont chargés d’histoire.

Pour Noël, les chocolatiers de Cadiot Badie ont re-travaillé  leurs classiques : sapins stylisés, Père Noël, bonhomme de neige et boules de Noël en moulage.  On les choisira pour décorer la table de fête. Ensuite pour offrir, chacun pourra composer un assortiment de bonbons de chocolat. Pralinés, ganache ou pâte d’amandes aromatisés. Je n’oublie pas les guinettes, les diamants noirs et bien sur mes favoris Cabosse et coco.

Cabosse a la forme d’un demi fruit de cacaotier. C’est un coeur coulis-passion sous une enveloppe croquante. Une explosion en bouche, fruité et chocolaté à la fois. Un délice.

Coco, Cabosse et rocher praliné, les bonbons de chocolats de Cadiot Badie

Coco, la toute nouvelle création d’Alexandre Diaz-Garcia sublime la noix de coco. Celle-ci est rapée, caramélisée et mélangée avec un praliné maison. La pâte refroidie est boulée, puis enrobée de chocolat au lait et saupoudré de coco. Exotique, original et bien équilibré, ce bonbon a tout pour entrer la liste des produits phare de la maison.

Cadiot Badie

  • 26 allées de Tourny
  • Rue Eugène Chevreul Pessac
  • 181 cours du Général de Gaulle, Gradignan
  • Du lundi au samedi de 10h à 19h

La Maison  Darricau

Une institution à Bordeaux, vieille de près d’un siècle. La boutique d’origine est fermée pour le moment dans l’attente de la fin de la rénovation de la place Gambetta. On retrouve la chocolaterie rue de la vieille tour, une petite artère gourmande toute proche.  

Noël, chez Darricau, c’est une offre  entre tradition et modernité. On peut y trouve l’assortiment habituel de bonbons de chocolats mais aussi le Père Noël en moulage, un sapin stylisé aux éclats d’amande et de jolies couronnes à suspendre faites de mendiants aux fruits secs. La vraie spécialité, c’est la truffe. En premier :la mini, carrée, à la fève tonka, une création de Clément Garrigue de 2017, une friandise délicate et parfumée. Ensuite, on a pour cette année, une truffe de cacao d’origine, un grand cru de  Guatemala, 73% de chocolat. Elle est vendue en bocal de verre juste souligné d’un ruban d’organza rose. C’est délicat et délicieusement vintage avec une note très fait maison donné par le pot à confiture à l’ancienne.

Darricau

  • 7 bis rue de la Vieille Tour
  • Du lundi au samedi de 10 h à 19h30

Saunion Bordeaux

Une Chocolaterie née il y a 125 ans bien ancrée dans le paysage Bordelais. Thierry Lalet et son équipe de chocolatiers proposent une gamme très complète. La guinette, cerise au kirsch enrobé de chocolat reste la star de la Maison. 

Vous connaissez la guinette, ce bonbon cerise-chocolat ? Vous aimez ?

Moi je suis fan de cette exquise gourmandise. Une cerise macérée au vieux kirsch alsacien et enrobée d’une délicate coque chocolat. Chez Saunion, on va chercher la cerise directement chez le producteur dans le lot et Garonne. Puis on trie, on écarte les fruits non conformes. Les plus beaux sont mis à macérer 5 mois dans une préparation à base de kirsch alsacien. A l’issue, les cerises sont égouttées puis trempées une à une dans un fondant à 80°. On laisse refroidir puis on immerge chaque fruit dans un bain de chocolat. En dernier, on laisse le bonbon sécher sur un lit de paillettes choco. On attend cinq jours avant de les commercialiser. Le temps que l’acidité du fruit ait dissout la couche de fondant.

Et là, on peut savourer, croquer et se laisser séduire par le mélange liqueur aromatisé, fruit et chocolat noir, un délice addictif.

La guinette, bonbon croquant au coeur cerise – Kirsch , photo de Sophie Juby

A Noël, on fabrique chez Saunion 700kg de guinettes. Et ce n’est pas tout. Au total, c’est 5 tonnes de Bonbons qui seront confectionnés dont 2100 Gallien, une autre star de la maison au cœur de nougatine. Thierry Lalet fait de Noël une fête. Il ajoute aux chocolats toutes les douceurs d’autrefois comme pour mieux nous ramener en enfance au temps des Noël chez mamie. Je craquerai bien pour une corbeille de fruits déguisés. Pruneaux d’Agen, abricots moelleux, dattes et noix sont généreusement garnis d’une pâte d’amande maison. Je n’oublie pas les fruits confits, triangle citron ou orange, pamplemousse, tranches d’orange confites et recouverts à demi de chocolats.

Maison Saunion

  • 56 cours Georges Clémenceau
  • Du mardi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 19H30
  • Lundi après midi

Xavier Lalère

Nouvelle à Bordeaux, la Chocolaterie Lalère n’en a pas moins trouvé sa place. Installé depuis 2018 rue Fondaudège, Xavier va maintenant bénéficier d’une artère entièrement rénovée avec une bonne desserte par la nouvelle ligne du Tram. L’enseigne a déjà trouvé son public avec le seul bar à chocolat de Bordeaux. A toute heure de la journée, on peut s’installer pour boire un chocolat chaud. Je recommande le végétal, une spécialité à base de cacao et de lait d’amande maison. C’est une création beaucoup plus légère que la version traditionnelle mais tout aussi savoureuse.

Côté bonbon, Xavier Lalère s’est spécialisé dans le praliné. Il réalise lui-même ses bases à partir d’amandes de Valence, de noisette du Piemont et de pistache de Sicile. Un sourcing pointu à la hauteur de sa passion praliné. 

Pour Noël, Xavier propose ses assortiments de bonbons et de sympathiques Père Noël.

Xavier Lalère

145 rue Fondaudège

Du lundi au samedi de 9h à 19h sauf lundi et samedi 18h

Mon Top Cinq des chocolatiers de Bordeaux

Cocotte, lapin farceur ou bel œuf enrubanné de rose, le chocolat de Pâques nous ramène à l’enfance, aux souvenirs de la chasse aux œufs, à la course dans le jardin pour remplir son panier. Dans la tradition catholique, les cloches des églises se taisent trois jours avant Pâques, elles entreprennent le voyage à Rome pour revenir le jour de la résurrection chargées de friandises pour les enfants. Si l’histoire du voyage des cloches s’est un peu perdue, la fête demeure avec son repas dominical autour de la famille élargie et sa chasse à l’œuf dans le jardin. 

Pour le chocolatier traditionnel, Pâques reste une formidable occasion de montrer l’étendue de son savoir-faire, de laisser libre court à sa créativité, de faire parler son imagination. Sur les étagères, au moulage et sur les marbres de travail, un bestiaire enchanté remplace les traditionnels napolitains, bouchées, guinettes et autres bonbons de chocolat.

A Bordeaux, ils sont encore quelque uns à travailler le thème de façon totalement artisanale. Voici ma sélection en cinq adresses classées par ordre alphabétique.

 Cadiot Badie

Une des plus ancienne confiserie Bordelaise au somptueux décor de boutique à l’ancienne avec ses plafonds peints et moulurés, ses longs comptoirs et ses boiseries très XIX.  Aujourd’hui propriété de Serge Michaud, un entrepreneur venu du monde de la bureautique, la chocolaterie  continue de proposer un produit d’exception.

Pour Pâques, Cadiot Badie mise sur la tradition. Oeufs, poissons, lapins et autres animaux de nos fêtes d’enfance joliment enrubannés de bleu se pavanent fièrement en vitrine. Quelques pièces spectaculaires comme le lapin grand format ou les œufs en dentelle de friture viennent témoigner du savoir-faire des chocolatiers de Pessac.

Cadiot Badie

26 allées de Tourny, Bordeaux

Rue Eugène Chevreul, Pessac

Lundi au samedi 10h à 19h

  •  
 Darricau

Une institution à Bordeaux, vieille de près d’un siècle, située sur la prestigieuse place Gambetta. La petite boutique séduit par ses napolitains et ses créations plus originales. Je recommande son assortiment semi-bruts composé de fines plaques de chocolats à la noisette, aux fruits secs, à la nougatine. Les plaques sont grossièrement cassées et présentées brutes comme en éclat, une tuerie, une gourmandise addictive.

Pour Pâques, la Maison Darricau nous invite au voyage.  En complément des traditionnelles cocottes et cloches, le chef Clément a travaillé une gamme  Vietnam qui fait écho à la décoration du magasin. La boutique se donne des airs de Saïgon avec ses suspensions en paille tressée et ses moulages coiffés du traditionnel chapeau en feuille de latanier. En vitrine,  Laurence a installé une forêt de feuille de lotus et les œufs décorés de gracieuses silhouettes. Elles sont chargées de la traditionnelle palanche ou longue tige en bois qui permet de porter un panier à chaque extrémité. Tous les moulages sont garnis de petits sujets maisons. Dernière suggestion gourmande pour les puristes, la gamme Grand Cru Vietnam réalisé avec un chocolat à 70% de cacao. Elle est proposée sous la forme d’un œuf comme une noix de coco dont dépasse un paille en bambou. Les globe-trotters y retrouveront un parfum de leurs dernières vacances et du lait de coco que l’on boit à même le fruit pour se rafraîchir.

Darricau

7 place Gambetta

Lundi au samedi de 10h à 19h 30

  •  
David Capy

Pas de tradition familiale pour David Capy mais une passion pour la pâtisserie et le chocolat. Le temps de se forger un CV prestigieux, de remporter le titre de M.O.F en 2007 et l’homme s’installe à Bordeaux pour créer une pâtisserie d’exception au cœur du triangle d’or. En 2017, il ouvre un second point de vente à Caudéran dédié au chocolat.

Pour Pâques, David Capy décline deux gammes. En premier, des moulages sages ou malicieux reprenant les personnages historiques de la fête, poule, cloches et œufs.  Il ajoute une création tout à fait originale, une fraise toute mignonne. Le chef a imaginé une gourmandise à base de fraise déshydratée et de chocolat blanc. Elle est trop chou sa petite Mara avec son chapeau de feuille. En plus elle sent si bon, comme une promesse de printemps. J’adore.

En bonus, et pour patienter avant la fête, le chef  propose des tablettes de Pâques où sont incrustés des œufs prâlinés, des œuf en sucre ou en caramel. A tester absolument.

David Capy

    • ·       7 rue Michel Montaigne
    • ·       14 rue de l’église à Caudéran
  • ·       du mardi au samedi de 9h30 à 19h30

 

Hasnaâ chocolat

La plus jeunes de ma sélection et cependant une superbe adresse. Hasnaâ, on l’a découverte sur le petit écran lors de l’édition 2012 de Masterchef  et en vrai en 2014 quand elle ouvre sa première boutique rue Fondaudège. Depuis, elle s’est rapproché du centre ville et continue de séduire les amoureux du chocolat avec son travail à base de chocolat grands crus sublimés par les épices. Les professionnels ne sont pas moins conquis et lui ont décerné l’Award de la meilleure chocolatière de l’année et la tablette d’or en 2016.

Pour Pâques, Hasnâa innove et enrichit le monde de notre enfance par les animaux de la Jungle. A l’honneur dans sa boutique, un lion tout mignon et un dame girafe. En parallèle, la Cheffe décline une gamme d’œuf proposé dans sa boutique écrin à la décoration résolument moderne.  

Hasnaâ chocolat

4 rue de la Vieille Tour

Lundi au samedi de 9h30 à 19h30

    • Saunion Bordeaux

Une Chocolaterie née il y a 125 ans bien ancrée dans le paysage Bordelais. Thierry Lalet et son équipe de cinq chocolatiers proposent une gamme bien balancée entre tradition et modernité. La guinette, cerise au kirsch enrobé de chocolat reste toujours un des produits phare de la Maison. Mais l’héritier de la Maison sait innover avec ses tablettes de grands crus et ses nouvelles spécialités comme le carré au citron gingembre.

Thierry Lalet adore Pâques synonyme d’intense activité et de  joyeuse créativité. Il réserve toujours une bonne part de sa fabrication à des sujets traditionnels, la cloche symbole fort pour les catholiques, le lapin venu d’Europe du Nord, la poule et les œufs pralinés. Chaque sujet est réalisé à la main, la coque en chemisant un moule en deux parties que l’on garnit avant assemblage et décoration finale.  Et puis il y les créations originales, les idées du moment. Cette année le pâtissier travaille sur deux poissons sortis de l’univers de la bande dessiné Jack le Piranha et Joe le poisson mine. Leur mise au point a demandé astuce et ingéniosité. Chez Saunion, on essaie d’utiliser les moules existants. Alors on cherche, on innove, on détourne. Ainsi les dents du piranha sont les branches d’une étoile dont on possédait le moule et les yeux des boules de chocolat. Ils n’ont pas l’air bien méchant les deux petits nouveaux mais je leur trouve une bonne bouille qui dit mange moi mange moi. En plus cette année Pâques tombe le premier avril, alors ne cherche plus. Voilà la bonne idée pour ta table de fête, une décoration tout poisson avec ce bon gros Jack en centre de table.

Maison Saunion

  • 56 cours Georges Clémenceau
  • Mardi au samedi de 9h 30 à 12h 30 et de 13h 30 à 19h 30

Les chocolats Saunion, incontournables bonbons de Noël

Saunion Bordeaux

Noël sans bonbons de chocolat, les Fêtes à Bordeaux sans un ballotin enguirlandé d’un élégant ruban estampillé Saunion, Cadiot-Badie ou Darricau, NO WAY !

_DSC9362

T’es fan de chocolat ? Alors, Pense à ces maisons renommées, gardiennes de notre patrimoine gourmand. En fin d’année, le chocolatier apporte une touche glossy-glam à ces créations : paillettes irisées, feuille d’or, habillage de papier doré et emballage fantaisie. Il s’amuse parfois à donner des formes inattendues, à fabriquer des compositions ludiques. Pourquoi pas? L’ultra-fan préfère la bouchée raffinée à déguster voluptueusement, le bonbon de chocolat noir garni praliné, fruits secs caramélisés, nougatine hachée ou ganache parfumée. Bordeaux se distingue par une spécialité alcoolisée, la guinette ou cerise au kirch. Cette friandise se déguste comme un bon Cos en respectant un cérémonial, en prenant le temps de savourer chaque étape.

Donc aujourd’hui Travaux Pratiques: dégustation de Guinettes, celles de la maison Saunion.

En premier : Je me concentre sur l’esthétique, la couleur. J’apprécie sa brillance, sa ligne galbée, ses formes généreuses avec une prise en main facile : la queue de la cerise._DSC9282

Ensuite, je la mets entière dans la bouche et je croque. Elle résiste puis se rompt en libérant un nectar parfumé. L’alcool réchauffe le palais, la cerise câline la langue. Je laisse le chocolat fondre doucement et je m’enivre des subtils arômes de kirsch. Un plaisir délicat fruit d’un travail de sélection, de macération longue, d’une fabrication entièrement manuelle et respectueuse du produit.

Thierry Lalet ne triche pas avec la qualité des ses ingrédients. Pour ces bonbons, il ne veut que les meilleurs fournisseurs.Thierry Lallet

Cueillie en mai juin dans la région de Montauban, la cerise est mise à macérer dès le lendemain. Le fruit restera au minimum cinq mois dans un kirch choisi en Alsace. A l’issue, la cerise, bien égouttée, est trempée dans le sucre massé, refroidie puis de nouveau la trempette dans un bain tout chocolat. Le bonbon sera mis au repos sur un lit de paillettes de chocolat, le temps nécessaire à l’acidité du fruit de faire fondre l’enrobage sucre. Le fondant se transforme peu à peu en sirop emprisonné dans sa coque de chocolat. Voilà pourquoi la guinette doit reposer au moins cinq jour après fabrication. Toutes ces opérations sont manuelles, la main experte, précise, permet un travail délicat. De nombreux bonbons sont réalisés de cette manière : framboises et raisins se marient avec bonheur avec nos alcools régionaux cognac ou armagnac.Saunion, Thie_DSC9276_DSC9292_DSC9305 _DSC9331

Chez Saunion, tu trouves aussi des friandises dont la fabrication peut s’automatiser en partie. Les pralinés et ganaches sont réalisés à partir d’une grande plaque coulée sur marbre, découpée en carrés puis individualisée dans un appareil appelé guitare. Une presse qui découpe des plaques carrées en bonbons à l’aide d’une grille faite de fils de guitare. Les petits bonbons sont glacés dans la surfeuse à chocolat. J’adore cette machine. Les bouchées, placées sur un tapis roulant, avancent gentiment jusqu’à rencontrer le chocolat liquide. Bravement, les bonbons escaladent la couche glossy. C’est là que déboule une belle vague de chocolat de couverture. Un tsunami qui recouvre tout. Et tandis que le tapis roulant continue d’avancer, les courageux chocolats se retrouvent tout trempés. Heureusement le surplus s’écoule gentiment et les bonbons ressortent brillants. Un jolie noix on the top et la gourmandise est prête. Trop cool._DSC2017_DSC2028 _DSC2035 _DSC2093 _DSC2108

Les friandises seront sagement stockées sur échelle, un court temps de séchage et elles pourront rejoindre les spécialités disponibles en magasin : le Président, le Régent, le Cailhau, le Clémenceau, toute une gamme raffinée à découvrir absolument._DSC9339

Je n’oublie pas les tablettes de grands crus pour tous ceux qui veulent aller plus loin dans la dégustation et former leur palais aux subtilités des saveurs et des provenances. Du coup, cela me donne une idée pour mon prochain régime. Pas le DETOX, le JEMEFAISDUBIENEN2016. Une Tablette différente par jour, t’en penses quoi ?_DSC9395 (1)

 

Saunion Pratique

  • On est à Bordeaux Hyper centre
  • 56 Cours Georges Clemenceau,
  • Téléphone:05 56 48 05 75
  • Horaires: 09:30 – 19:15 du mardi au samedi et lundi apm